Le quartier général de la guilde des Praetorians. Bienvenue.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 la captivité d'Otto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Otto Eskit

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 11/07/2010

MessageSujet: la captivité d'Otto   Mar 13 Juil - 0:16


[c'est une histoire expliquant la mort de Kruger mon Nécro, et Almir mon derviche, ainsi qu'une partie important de la vie d'Otto Eskit, mon ritualiste.]

Il faisait froid ce matin, Kruger s’amusait encore à
chercher des greffes utiles pour ces minions, il avait réussi
à mélanger des griffes de tigres sur un corps de
mantide. On frappa à la porte, un serviteur squelette alla
ouvrir, et Almir entra après s’être incliné.

Almir : Je voudrais voir
Krüger.
Le squelette s’inclina et le conduisit vers la salle
d’expérience de Krüger.

Almir s’inclina pour saluer Krüger.

Bonsoir Krüger, je suis ravi de
vous revoir, j’aimerais savoir si vous pouviez m’accompagner pour
une quête en Elona.

Krüger fut tout d’abord surpris de voir un vivant puis il
sourit.

Krüger : Que tous
les deux ?

Almir : Otto nous
accompagnera je pense, à moins que ça ne vous dérange ?

Krüger : Non, Otto
est un « bon vivant », je l’aime bien.

Quelques heures plus tard, après avoir
demander à Otto si il voulait bien les accompagner. Ils
partirent tous les trois sur un bateau pour Kamadan, le voyage fut
calme, Almir priait les 5 dieux pour que leur voyage ne finisse pas
au fond de l’océan, Krüger jubilait à l’idée
de découvrir de nouvelles créatures pour ses
expériences et Otto était assis en tailleur,
communiquant avec les marins mort en traversant.

Arrivé à Kamadan, ils demandèrent à
aller sur le continent, et le guide coûta une fortune, après
être arrivé au continent ils partirent vers la fissure
du Moddok. Mais la bas, leur guide leur faussa compagnie. On leur
avait dit qu’il pouvait se perdre pendant des jours, et ça
leur était arrivé.

Au bout d’une journée à chercher leur chemin, ils
s’arrêtèrent pour se reposer. Ils dormaient à
tour de rôle pour ne pas entre surpris pendant une attaque.
Malheureusement, entre les pirates, les kournans et les monstres qui
peuplent ce monde souterrain, les attaques était courante,
Otto soignait Krüger et Almir après chaque combat mais à
chaque fois les attaques était plus importante, plus dure à
repousser.
Il faisait froid ce matin, Kruger s’amusait encore à chercher d

Almir écrivait de temps à autre sur son journal :

[size=9]297ème
jour de l’année 1275DR


Nous sommes
perdu depuis 3jours maintenant, j’ai eu une petite entaille au bras
Qu’Otto à soigner avec zèle, je remercie Dwayna pour
son soutien, Krüger à du mal à garder ses minions,
il à de plus en plus de mal à les contrôler.


298ème
jour de l’année 1275DR
Encore une
attaque aujourd’hui, nous nous sommes encore enfoncé plus
loin dans les cavernes, il fait de plus en plus sombre, les
champignons sur les murs nous aide à voir un peu, seul Otto
n’est pas gêné.

Almir : Cette fois nous
avons eu chaud, mais pourquoi sur la fin les minions nous ont
attaqués ?

Otto, agenouillé auprès de Krüger : Krüger
nous a quitté… Baisse la tête et sourit
Il nous dit qu’il a enfin
retrouvé sa femme grâce à nous et il s’excuse
de ne pouvoir continuer avec nous… Son sourire s’effaça
rapidement, mais il est apaisé que son ami trouve la paix dans
les brumes.

Almir : Je prierais
auprès de Grenth pour lui demander d’être compréhensif
avec son serviteur. Essaie de ne pas trop penser à
la perte de son ami, mais c’est de sa faute, c’est sa quête…

301ème
jour de l’année 1275DR


Cela
fait 3 jours que Krüger nous a quitté, d’après
Otto il est heureux de l’endroit où il se trouve, mais je ne
peux m’empêcher de me dire que j’aurais sans doutes pu le
sauver. Nous l’avons mis en terre pendant le court répit
après l’attaque des kournans, mais il semble que nous ayant
trouvé des anciennes ruines dans ces cavernes, et les kournans
ont l’air d’avoir peur de nous attaquer. Tant mieux ça
nous permet de reprendre nos forces.

302ème
jour de l’année 1275DR


Nous
avons pu passer une nuit à peu près tranquille,
malheureusement nos provisions commençait à diminuer et
nous devons commencer à nous rationner. Otto dit qu’il peut
jeûner plus longtemps et que les esprits vont l’aider à
tenir, et que j’en ai plus besoin que lui. J’espère que
les dieux ne nous ont pas abandonné.



Jour inconnu
Nous
n’avons plus rien à manger, et les kournans s’approchent
encore, et nous sommes épuisés, je doute que nous
survivions a encore plus d’un assaut, ce sont mes dernières
lignes dans ce journal, en espérant que quelqu’un trouve ces
lignes…


J’entend
le bruit des tambours, ils vont encore attaquer…

Otto avait réussi à survivre, mais Almir était
tombé, transpercé par une épée au niveau
du ventre, Otto avait utilisé ses dernières forces pour
lancer un sort sur Almir blessé, ce qui avait tué tous
ses assaillants. Il avait eu l’idée de se barbouiller le
visage de sang, et de se déguiser en kournan, se bandant les
yeux, et il attendit que les secours kournans le récupèrent,
faible et blessé. Arrivé à la base, on le
soigna.

Le chef des Kournans sur place, trouva qu’il était
bizarre, aucun de ses hommes n’avait eu des yeux aussi bleu, qui
plus est un aveugle. Il le signala à son supérieur et
Otto à peine remis fut donc découvert, et il fut jeté
dans la prison de Gandara, surnommée la forteresse de la Lune.
Il y fit la connaissance de 2 jeunes femmes, Kormir et une autre
femme qui s’appelait Shahai .

Il fut torturé pour des informations sur les lanciers du
soleil, mais Otto tint bon, il était soigné par Shahai
.
Les soins était efficaces mais chaque torture était
plus douloureuse, son état déclinait…

Un jour, les tortures s’arretèrent, mais un homme entra
dans la cellule accompagné de garde.

Chef des Gardes : Les
élus d’abaddon réclament des yeux ! Il
regarda Kormir puis la désigna à un garde, qui
s’approcha avec un objet bizarre pendant que deux autres saisissait
Kormir, elle hurla alors que le garde se servait de son ustensile
pour lui arracher les yeux. Elle tomba, inanimée, tant la
douleur était insoutenable.
Le chef regarda ensuite Shahai et la montra du doigt, les trois
gardes se dirigèrent alors vers elle, mais une voix au fond de
la salle arrêta les gardes.

Otto : Prenez les miens
plutôt ! Vous n’avez donc aucune pitié ?

Chef des gardes : Pas
pour les traîtres, sale chien de lancier ! Prenez les
siens ! ça lui apprendra à nous parler sur ce
ton !

Les gardes s’exécutèrent, Otto essaya de fermer
les yeux, de les empêcher, la douleur était si forte, et
il était si faible. Il tomba lui aussi dans l’inconscience
et quand il se réveilla, il essaya de porter la main a son
visage, il avait un bandage sur les yeux, enfin plutôt sur les
orbites vides. Shahai vu qu’il s’était réveillé
et se précipita vers lui et déposa un baiser sur sa
joue,

Shahai : merci pour ce que
vous avez fait, je vous en serait éternellement
reconnaissante.

Otto d’une voix faible :
ce n’est rien, les miens ne voyait pas de toute façon…

Otto ressentait toujours la perte de ses yeux, mais il ne savait
pas ce qu’aurait pu perdre les autres, il essaya de d’invoquer un
esprit, mais son état était trop faible pour pouvoir le
faire, il arriva néanmoins à communier avec les esprits
et ceci le rassura quelque peu.

Les semaines passèrent…

Shahai griffonna encore une marque contre le mur.

Otto : Pourquoi faites
vous ça ? c’est pour compter les jours de captivité ?
Vous ne devriez pas, ça ne fera que vous décourager.

Shahai : Je tiens ce
compte pour savoir combien de jours j’aurais à faire payer à
ces monstres… Elle enfui sa tête dans ses mains.
Ils n’auraient pas du faire ça à Kormir et vous,
vous n’êtes pas des traîtres…

Otto : Ne vous inquiétez
pas, nous sortirons d’ici, les esprits emprisonnés ici nous
aiderons à nous enfuir, et je sens que mes forces me
reviennent peu à peu. Essaie de se lever en
gémissant. Il va me
falloir encore quelques jours, en espérant qu’il nous laisse
vivre si longtemps.

Les Kournans recevaient un bateau rempli de marchandises, et il
fallait de la mains d’œuvre qualifiée… Ils vinrent donc
chercher Shahai et Otto pour décharger la nourriture et les
armes du vaisseaux surarmé qui avait pour objectif de détruire
la flotte des lanciers du soleil.

Otto se dirigea sans mal malgré la perte de ses yeux, ce
qui impressionnait toujours XXXX.
Arrivé au bateau Otto murmura :
Il faudrait saborder ce vaisseau pour permettre aux lanciers du
soleil de pouvoir avoir la suprématie de mers et pouvoir
rapatrié les blessés et nous amener du ravitaillement.
Si vous avez une idée…

Shahai : Je ne vois pas
comment faire, mais si je peux vous aider faites moi signe.

Shahai et Otto déchargèrent le butin du bateau et
ensuite commencèrent à remplir de ravitaillement pour
que le bateau puisse repartir en mer.

Otto : Les esprits me
disent que ce navire s’appellent le « Gloire d’Elona »
c’est le plus puissant navire de la flotte Kournan, il faudrait
l’immobiliser. Et je crois que j’ai une idée : nous
chargeons des amphores de combustible, comme j’ai déjà
utilisé à mon arrivée sur le continent contre
des pirates, il me suffirait de quelques secondes pour pouvoir lancer
un sort pour enflammer ces récipients.

Shahai : D’accord, vous allez
faire semblant de bien ranger les amphores, je vais sortir et faire
semblant de tomber, pendant ce temps, allumer les !

Shahai fit comme prévu, elle sortit de la cale du bateau
et au moment de descendre la passerelle, elle glissa et finit la
descente en roulant, les gardes se retournèrent vers elle et
coururent pour aller la ruer de coup. Pendant ce temps, Otto fit
apparaître une petite flammèche au bout de ses doigts,
un sort facile pour un mage, Neptune lui avait appris ce tour il y
avait quelques mois. Il la lança sur l’amphore la plus
proche et courut vers le quai le plus vite possible, arrivé à
la sortie de la cale il lança un : « au
feu ! ! ! » et il arriva
jusqu'à la passerelle. Au moment où il posa la pied
dessus, le bateau explosa, il fut projeter sur des caisses sur le
quai, et fut fortement sonné. Shahai vint lui parler, mais il
n’entendit rien, il sentit qu’elle l’accrocha par le bras pour
l’entraîner à l’abri, car le feu menaçait de
les engloutir.

Shahai : Il faut profiter de
ce moment pour s’échapper !

Otto : Non ! on ne
peut pas laisser Kormir ! Nous devons rester pour l’aider, je
pense que ce je peux mettre ça sur le dos d’un des gardes,
avec l’aide des esprits.

Shahai : Comment :

Otto : Je peux demander
aux esprits d’essayer d’influencer leur chef, si j’étais
moins faible je pourrais le faire mais il me faut ici l’aide des
esprits. Il sourit. Ce
sera facile, les esprits sur ce quai sont surtout des lanciers du
soleil mort pendant l’assaut de l’autre jour, je ne devrais pas
avoir de mal à les convaincre.

Shahai : C’est une bonne
idée, vous êtes vraiment un homme formidable.

Otto : Si je l’étais
nous ne serions pas ici maintenant, nous serions libre.

Shahai : Ne soyez pas si
dur avec vous même, vous avez fait preuve d’un grand courage.
Elle regarde aux alentours, puis dépose un baiser
sur sa joue.[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
la captivité d'Otto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Otto von Gruggen
» Tiger im Schlamm (Otto Carius)
» Disparition d'Otto Carius
» Sur la scène internationale avec Hitler de paul otto schmidt
» période d'essai otto bisk et sondage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nulla Dies Sine Linea [NDSL] :: Administration [HORS RP] :: Le bureau de recensement :: Membres de la guilde-
Sauter vers: